mercredi 13 novembre 2013

Nosauts los petits...

NOSAUTS, LOS PETITS
Jan deu Sabalòt

Nosauts qu’èm los petits, los qui cargats de tèrra,
E marcharam tostemps shens compréner perqué,
Nos qui’ns hesem tuar, nos qui hesem la guèrra,
Nos qui carrà que tiénim aqueste borider.
E qu’ei lo noste sang generós qui s’escapa,
E qui plapa de roi lo sòu on èm caduts,
Nos qui sofrim tostemps, e tostemps a l’estaca,
Qu’èm tostemps los medishs, nosautes los peluts.
Ah ! que podem partir gaujós en permission
Aus qui son per darrèr díser nosta misèria,
Ne sauràn pas jamei arrens nosta dolor
D’aténder shens saber qui caderà enqüèra.
Nosauts qu’èm los praubòts, los bons tà’s har tuar
Quan d’autes per darrèr e tiran las cordetas,
N’èm pas que las monacas e los qui hèn dançar.
E tot aquò tà qué ? Tà plenhar las caucetas
De quauques macarèus. Ah ! Amics qui ètz ací
E qui avetz tot deishat, çò qui avètz de mei doç,
Entà miserejar e tà viéner morir
Quan los qui’ns hèn marchar e qui’ns foten de nos
An los pès plan au caut, que hèn la vita bèra
Ah ! S’èran drin aciu, tostemps tà aparar,
Qu’aurén sabut lavetz qu’ei çò qui èra la guèrra
Qu’ei çò qui ei de partir, shens saber de tornar,
Se nse’n tornan un còp, de caler repartir,
Caler recomençar e remontar enqüèra
Shens se poder pensar quan ei qui va fenir
S’avèn sabut çò qui ei, n’auré pas durat hèra.



NOUS, LES PETITS
Yan dou Sabalot

Nous on est les petits, ceux qui chargés de terre
Marcherons toujours sans comprendre pourquoi
Nous qui nous faisons tuer, nous qui faisons la guerre
Nous, il faudra qu’on tienne dans cet enfer.
Et c’est notre sang généreux qui s’échappe
Et qui tâche de rouge le sol où on est tombés
Nous qui souffrons toujours, et toujours à l’attache,
On est toujours les mêmes, nous les poilus.
Nous pouvons partir, joyeux en permission
A ceux qui sont par derrière raconter notre misère
Personne ne saura jamais notre douleur
D’attendre sans savoir qui va tomber encore.
Nous, on est les pauvres, les bons à se faire tuer,
Quand d’autres par derrière tirent les ficelles
On n’est que les poupées, ceux qu’on fait danser
Et tout ça pour quoi ? Pour remplir les chaussettes
De quelques salopards. Ah ! Amis qui êtes ici,
Et qui avez tout laissé, ce que vous aviez de plus doux
Pour traîner misère et venir mourir,
Quand ceux qui nous font marcher, et qui se foutent de nous
Ont les pieds bien au chaud et la belle vie.
Ah ! S’ils étaient ici, toujours à faire face,
Ils auraient su alors ce qu’était la guerre,
Ce que c’est que de partir, sans être sûr de revenir,
Et une fois revenus, falloir repartir,
Recommencer et remonter encore,
Sans savoir quand ça finira ;
S’ils avaient su ce que c’était, cela n’aurait pas duré longtemps

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire